Lundi

21 Octobre

Mail FB

Ubaye Snow Trail, Bref récit et rencontre sur la première marche

Catégorie : ITW, Récits

Ubaye Snow Trail, Bref récit et rencontre sur la première marche

Récit et photos : Sébastien DELLA CASA

Et cette année le soleil fut avec nous…

Troisième course comptant pour le Challenge des Trails de Provence en courte distance, l’Ubaye Snow Trail est certainement l’un des plus ludiques du Challenge. L’arrivée à Saint Paul est bien plus sereine que l’an dernier, pas de difficulté sur la route, aucune difficulté pour se garer et quand, 15 minutes avant le départ, le soleil inonde la vallée, c’est presque 10°c gagnés en quelques minutes !
Cette année, contrairement aux voitures, les chaînes étaient bienvenues sous les semelles, de nombreuses portions étant glissantes. Par contre, la veste était presque de trop tellement le beau temps était de la partie.
Le départ est donné. Devant ça file rapidement et pour le commun des traileurs, cela signifie que les élites nous labourent la piste, nous forçant à courir à travers des ornières et des trous où s’enfonceront les chaussures le long du parcours.
La première partie en faux plat est très roulante et nous amène au premier ravitaillement. Tellement proche, à mon avis du départ, que je ne vois pas l’utilité de m’y arrêter si ce n’est pour saluer les bénévoles. Nous quittons ici la large piste jalonnée d’encouragements du public, maintenant, c’est de la monotrace, en pente raide, dans de la neige profonde jusqu’à la route menant à Fouillouse. Les bavardages s’arrêtent mais le rythme reste rapide, la neige me semble moins fatigante que l’année précédente.


Le sentier rejoint la route, on reprend plus ou moins un pas de course, certains préfèrent marcher : je n’ose leur dire que la prochaine montée sera encore plus dure, c’était mon impression l’an dernier, ce fut encore ce que j’ai ressenti cette année. Après Fouillouse, la neige n’est pas la même, ou alors est-ce mes jambes ? On s’enfonce à chaque pas, la montée est toujours très raide et demande un surplus d’énergie mais comme le point culminant se rapproche à chaque pas, on prend sur soi…
Ah, LE ravitaillement ! A être bénévole, il faut se placer à celui-là. Comme les coureurs sont gentils quand ils sont fatigués, remerciant, plein d’attentions envers ceux qui remplissent les gobelets de thé et distribuent des barres énergétiques.

Mais il faut partir, encore une petite bosse et vient la grande descente, avant dernière partie du profil.
Autant l’an dernier la profondeur de neige me semblait dangereuse au point de plier un genou à l’envers, autant cette année, à mi-mollet, je m’y suis donné à fond. Plusieurs belles chutes avec roulades, mais j’étais presque venu pour ça, et une descente, longue, longue… Et très sollicitante pour les jambes, une attention de chaque instant sur les appuis.
En fond de vallée, l’arrivée est toute proche, les coureurs allongent la foulée, le sol est recouvert d’une neige tassée qui permet de courir. L’arche se dévoile au regard avec ses très nombreux spectateurs qui encouragent.
Une belle ambiance, un chocolat chaud qui semble avoir fait de l’ombre à la soupe, de beaux podiums et le soleil toujours présent qui nous permet de rester sur place pour discuter avec les élites.
Alors, fera ou fera pas le Trail de la Sainte Baume prochaine étape du Challenge le 5 mars ?
J’ai eu le plaisir de rencontrer la première féminine, Irina Malejonock qui a bien voulu se prêter au jeu des questions/réponses.

Bonjour Irina, enchanté de faire ta connaissance, félicitations pour ce podium. Peux-tu nous dire comment tu as vécu cette course ?

Je l’ai très bien vécue car les conditions étaient vraiment superbes. J’adore cette vallée, j’adore Fouillouse, des coins où j’aimerai venir plus souvent même en ski de randonnée. On avait de la bonne neige mais on n’a pas trop brassé non plus. Super météo, j’avais beaucoup d’amis qui étaient là, des gens avec qui je m’entraîne le midi. J’étais bien entourée. Je me suis donnée un peu moins de mal que d’autres éditions, ça se sent sur le temps de course et le classement général mais du coup je suis beaucoup plus fraîche et je n’ai pas trop souffert. Maintenant, je regrette un peu de ne pas m’être donnée de mal dans les montées à essayer de courir !

Peut être aurai-je du commencer par te demander de te présenter ?

J’habite à côté de Sisteron dans la vallée du Jabron, qui est vallée assez sauvage au pied de la montagne de Lure, je cours donc beaucoup sur cette montagne.
Je fais du trail depuis bientôt 17 ans, donc tout au début de la discipline. Au départ j’étais en région parisienne, je faisais des courses vertes et pendant les vacances des trails plus ou moins longs. J’ai fait mon premier ultra en 1999, 110km en montagne et depuis j’ai eu des périodes où j’en ai fait beaucoup et là je suis plus dans une période où j’ai envie de faire autre chose, moins courir.

Un aperçu de ton entraînement ?

Je ne suis pas une pro de l’entraînement, je vais travailler tous les jours à vélo, ça me fait 30km chaque jour. Je cours un petit peu sur ma pause déjeuner, je fais un petit peu d’escalade le soir, le week-end j’essaye de faire un peu de ski de randonnée l’hiver et je cours un peu. Au printemps un peu plus de course à pied et de vélo. Mais toujours avec l’état d’esprit loisir, par exemple l’été on part en voyage à vélo avec mon mari et mon fils donc du sport mais pas du pur entraînement avec un programme très strict.

Un petit bilan 2016 ?

J’ai commencé le Challenge des Ultras et j’ai donc fait la 6666 occitane où j’ai fini 2ème, ensuite j’ai fait l’Echappée Belle où j’ai fini aussi 2ème, le Trail Bourbon où j’ai fini 3ème, j’ai fait aussi la Sainte Victoire en trail plus court mais comme je n’avais pas couru avant j’ai eu un peu de mal. Et j’ai très bien couru à Buis les Baronnies où j’étais bien reposée, j’ai fait une belle course. Au final, beaucoup moins en quantité que les autres années.

Fais-tu partie d’une équipe ?

Je fais partie de deux associations et cela m’apporte le plaisir de courir avec des amis, partager de bons moments en rigolant.

Pour 2017, as-tu une ambition pour le Challenge des Trails de Provence ?

Je n’ai pas prévu de le faire puisque je suis plutôt en train de vouloir faire autre chose que courir. J’irai cependant à la Sainte Victoire car j’aime bien cette course et que je m’y sens bien, c’est vraiment un plaisir d’y retourner. Et c’est un peu ça qui m’a relancé dans ma réflexion en me disant que j’avais encore envie de courir. Ce sera donc un petit peu le point de départ de la saison et là je vais essayer de construire un petit programme de course mais pour l’instant je n’ai rien prévu.

Sachant qu’en étant 1er féminine à l’Ubaye Snow Trail, tu as entre les mains une invitation pour le Championnat des Trails de Provence qui se courra au Trail du Cousson à Digne pas trop loin de chez toi.

J’aime beaucoup cette course, j’avais envie de faire le grand raid de la réunion qui est assez proche question date, faudra donc voir combien de temps sépare les deux épreuves. Je m’engage donc à moitié à venir !

Merci Irina.

Rappel des Podiums 22 km

Femmes.
1 Irina Malejonock, A3S et ASBA, 02:20:55.
2 Delphine Feuillette, team Intersport Digne, 02:28:55.
3 Ganna Darmograi, Marseille Trail Club, 02:42:07.
4 Magali Magnin, Saint-Etienne-des-Sorts, 02:43:38.
5 Stéphanie Chiappero, DUC Athlétisme, 02:46:40.

Hommes.
1 Nathan Jovet, team Salomon France, 01:45:22.
2 Sacha Devillaz, team Salomon France Elite, 01:48:32.
3 Pascal Bertrand, team Snowshoes, 01:49:44.
4 Robin Juillaguet, team Salomon France, 01:52:40.
5 Guillaume Charles, Briançon, 01:55:25.

PARTAGER CET ARTICLE google twitter

X

Prochains événements du Challenge :


Alpin Trail de Pichauris
Allauch (13)
Date : 11 novembre 2019


ENERGEM TRAIL
GEMENOS (13)
Date : 17 novembre 2019


Cérémonie des récompenses
Pertuis (84)
Date : 19 décembre 2019

Revenir sur le site du Challenge