Mercredi

19 Juin

Mail FB FB

Tiziana Ranalli, un soleil italien brille sur le Challenge

Catégorie : ITW

Tiziana Ranalli, un soleil italien brille sur le Challenge

Propos recueillis par Sophie Boissont – Photos Tiziana Ranalli

Avec son nom chantant et son immense sourire, elle apporte un souffle exotique au Challenge. Tiziana Ranalli s’est imposée sur trois épreuves du circuit et accède ainsi au statut de leader 2023. Elle revient sur cette success story qui l’a couronnée d’or sur le circuit des trails longs.

CTP : Peux-tu te présenter en quelques mots ?

TR : J’ai 36 ans, je suis italienne et maman de trois filles : Chiara 12 ans, Valentina et Michaella, des jumelles de 9 ans. Séparée depuis cinq ans, je vis à Roquebrune-sur-Argens dans le Var, avec mes filles, mon chéri Régis et mon adorable dogue de Bordeaux. Je suis diététicienne de formation mais depuis la naissance des jumelles, je travaille à Saint-Aygulf, dans le restaurant de mes parents, avec mon frère. Restaurant italien bien évidemment.
Ma principale préoccupation est tout ce qui concerne mes filles: leur bien-être, leur santé, leur éducation. Mise à part la course à pied, j’aime randonner. J’affectionne particulièrement le Cap Taillât : en saison estivale pour la plage et pour les balades le reste de l’année. J’adore les apéros, surtout ceux en amoureux, et bien sûr le shopping avec mes filles.

CTP : Peux-tu nous raconter comment le trail est arrivé dans ta vie ?

TR : J’ai commencé à courir à l’âge de 12 ans, à l’école, des cross et compétitions interscolaires. Bien que mes parents m’aient toujours incitée à rejoindre un club d’athlétisme, je m’y suis toujours refusée. Courir en groupe n’était pas mon truc. J’ai donc continué le bitume seule : environ 7 km par jour. Ma première compétition fut celle des 10 km de Fréjus en 2019. Le défi était de réaliser 10 km en 45 minutes sans entraînement spécifique… pari gagnant. Résultat : j’en voulais encore !
Avec la Covid-19 et l’arrêt des manifestations sportives, s’est invitée la frustration… Aussi, dès que les compétitions ont pu reprendre, je me suis inscrite à toutes celles qui me passaient devant les yeux. Puis je suis tombée sur une « traversée des Calanques » organisée par le Trail Club de Provence le 1er janvier 2022. Pierre, le président, a été réactif et j’y suis donc allée. Ce fut la révélation, ma plus longue distance (40 km / 2600 D+) avec des mecs aussi fous que moi ! Voilà ce que j’aime encore plus que la course à pied… le trail ! Et voilà comment a débuté mon histoire avec le TCP.

CTP : Quelle est ta pratique ?

TR : Grâce à mes parents, formidables patrons, j’ai la chance de pouvoir m’entraîner tous les matins en semaine. Je consacre un week-end sur deux à mes filles et l’autre aux sorties du club à Marseille. Courir est une drogue, une échappatoire qui permet de relativiser, de ne penser à rien – tout en ayant l’impression de trouver les solutions à tous les problèmes -, et de me maintenir en forme.

CTP : Quelles sont tes courses préférées du Challenge ?

TR : J’ai couru le Trail de la Galinette, le Trail de Cuers avec les copains du TCP, l’Ultrachampsaur, la Gap’encimes, le Trail de Pichauris pour boucler le Challenge. Je conserve de très beaux souvenirs, ceux où je franchis la ligne d’arrivée avec mon chéri et les copains du TCP présents pour me féliciter. Ma course coup de cœur est l’Ultrachampsaur. Cette course porte bien son nom car elle est ultra magnifique, ultra technique et ultra roulante (sur certaines portions) avec une ultra bonne ambiance… Bref, j’ai ultra kiffé.

CTP : Quelles sont les clés de ta réussite ?

TR : Je peux dire les yeux fermés que je la dois à mon chéri Régis Touron. Il organise mes entraînements, il est mon meilleur partenaire de course. J’ai gagné grâce à lui et je le remercie pour son soutien et sa patience, parce qu’il a mis ses entraînements et son Challenge de côté pour me faire gagner le mien. Mes forces sont, selon moi, mon mental. J’arrive à trouver des ressources dans l’effort et la difficulté. Mon alimentation est un autre atout car je ne mange et ne bois que très peu, que du liquide. Maintenant je me connais bien donc c’est une force, pas de problème de digestion, pas de perte de temps et peu d’hypoglycémie. Mes faiblesses sont les descentes très techniques et une petite vessie qui me demande des arrêts pipi fréquents !

CTP : Peux-tu nous raconter une anecdote ?

TR : J’en ai une qui ne s’est pas produite sur le Challenge mais sur une sortie trail, chez nous, dans le massif des Maures. On a eu la chance de tomber sur un loup avec trois louveteaux à quelques mètres de nous. Ce fut un magnifique moment ! (NDLR : Le loup, espèce protégée en Europe, est en effet difficile à observer car c’est un animal sauvage, craintif, discret et plutôt nocturne. La plupart des rencontres sont le fruit du hasard et se font à distance).

TR : Quels sont tes projets ?

TR : Les entraînements reprennent dès le 2 janvier mais la saison n’est pas vraiment programmée. Il y aura des off avec le club. Je pense participer au circuit ultra du Challenge. J’aime les longues distances donc ce nouveau défi tombe bien. J’ai un projet dans le coin de la tête, un peu fou et ambitieux, qui commence à se préciser mais je suis trop superstitieuse pour en parler. En attendant vous pouvez me souhaiter pour 2024 des jambes en super forme, des ongles d’orteils en béton armé et un mental encore plus solide. Ah oui aussi de l’argent pour pouvoir changer de baskets tous les mois !
Pour conclure cet interview, j’aimerais remercier mes parents qui ferment les yeux sur tous les retards au boulot pour me permettre de m’entraîner sans pression, Nico et tout le TCP pour cette année. En enfin, tous les bénévoles et organisateurs de courses.

PARTAGER CET ARTICLE twitter

X

Prochains événements du Challenge :


Trail du Col du Noyer
Poligny (05)
Date : 23 juin 2024


UltraChampsaur
Ancelle (05)
Date : 30 juin 2024


Restonica Trail by UTMB
Corte (20)
Date : 04 juillet 2024

Revenir sur le site du Challenge