Lundi

22 Avril

Mail FB

Il fait beau, il fait chaud, fait donc un enduro !

Catégorie : Comptes-rendus

Il fait beau, il fait chaud, fait donc un enduro !

Texte : Julien HIRTH – Photos: Association Trail Vaucluse

Parfois agir sur un coup de tête poussé par la curiosité ça a du bon ! Même si après il faut assumer les conséquences… Notamment toujours penser à respecter la règle n° 2 du trailer : « Les dates des courses auxquelles tu es inscrit toujours tu vérifieras ».

Parce que, comme par hasard, le 24 juin n’est pas un dimanche, mais un samedi, un SAMEDI !!

Et s’en rendre compte la veille, et ben ça perturbe un peu l’emploi du temps familial très subtilement négocié depuis un mois à coup de «Oui mais ce jour-là, je ne me suis pas entraîné et je suis resté avec toi mon Amour ».

Tout ça pour finir par un coup de téléphone en mode chien battu « En fait je suis un bourricot, je cours demain… Mais bonne nouvelle ! Je serai là dimanche pour le petit déj !! »

Ma femme est fantastiquement compréhensive …

Bref 5h de sommeil et 1H30 de route plus tard me voilà pas bien frais et avec un sac surprise dans le très beau village de Lagnes.

Pour ceux qui ne sont pas familier avec le concept du sac surprise, c’est un peu comme si au moment de choisir tes cadeaux à la roue de la fortune on te met un bandeau sur les yeux et que tu retrouves à pointer du doigt au hasard en disant « je veux ça ». Résultats dans le sac : SURPRISE !! Des lunettes de piscine…

Néanmoins je me rends compte que j’ai quand même réussi à focaliser un peu de lucidité entre 1h30 et 1h35 du matin pour partir avec au moins l’essentiel : un short un t-shirt des baskets et une gourde d’eau.

Bon maintenant occupons- nous du départ. Un point particulier de l’enduro est qu’on peut choisir son heure de départ : 9h30, 9h45 ou 10h.

Compte tenu de mes circonstances atténuantes j’ai évidemment choisi le départ de 10h.

Vers 9h45 je descends vers la ligne de départ plus ou moins équipé, le dossard de travers, les lacets en vrac, quand une dame de l’organisation m’interpelle en me demandant « vous avez un problème ? »

En quelques fractions de secondes il va se passer beaucoup de choses dans ma tête avant de trouver une réponse adéquate…

Zoom avant : «Comment ça j’ai un problème, c’est une question ou une affirmation ? C’est rhétorique comme question ? De manière générale dans ma vie ou juste là tout de suite ? Parce qu’effectivement là tout de suite je cherche des toilettes. Bon rien de bien grave mais je préférais y aller avant plutôt que pendant… et comme le départ c’est bientôt. Ah voilà c’est ça !

Zoom arrière : « Non ça va je vais prendre le départ de 10h ! » C’est gentil d’avoir demandé !

Après cette petite pause salvatrice et après m’être recomposé une personnalité présentable je me pointe sous l’arche, où à 3 minutes du départ il y a 4 personnes.

Dont Andy et 3 secouristes…

Je me sens un peu seul. D’autant que la seule chose que je sais sur le parcours c’est que ça fait 13 km et qu’il n’y a que certaines parties de chronométrées. Yeah ! Au top de la préparation ! Dans quoi je me suis encore embarqué…

Finalement ce sera vraiment un départ à 4. La plupart des participants ayant préféré le départ de 9h30 afin de gagner un peu de temps sur le réchauffement climatique de cette fin de matinée.

Heureusement parmi les trois autres courageux de 10h, des coureurs bien mieux préparés que moi. Notamment David qui a même dessiné sur un bout de papier le profil de la course, surligné les parties chronométrées, noté les distances et les dénivelés. Très pro !

Après un débrief d’Andy, c’est parti pour les premiers kilomètres non chronométrée en mode échauffement.

Avec David on se cale sur le même rythme en profitant de la traversée du village. Nous laissons la place de l’église et sa fontaine sur la droite et prenons sur la gauche pour entamer une légère montée caillouteuse. Immédiatement les odeurs caractéristiques des sous bois réchauffés par le soleil matinal viennent réjouir mon odorat saturé par une semaine parisienne. Quel bonheur !

Ayant été distancé par nos deux compagnons de départ nous nous retrouvons avec David à faire connaissance et à papoter sur ces trois premiers kilomètres de chemin très agréable.

Ce format de course de l’enduro permet vraiment de retrouver ce principe de la course plaisir, de la liberté de gérer son effort sans se mettre trop de pression. Un bon moyen de découvrir le Trail pour les néophytes et également un bon moyen de se la coller bien comme il faut grâce aux parties chronométré.


Le premier challenge est la montée de 900 m sur terrain caillouteux mais… roulant ! (@Andy !)

 

2 signaleurs, une arche de départ, et bien penser à insérer la clé de chronométrage dans le boîtier. Ensuite coordination cœur, poumons, jambes et 1, 2, 3, c’est parti !!

Pour rappel la règle numéro 1 du trailer stipule que quand un trailer entend un top départ, il part toujours trop vite. Et ben là la règle n°1… RAF !!

C’est que du bonheur. Il n’y a juste qu’à débrancher le cerveau et lâcher les jambes…

Avec David on décide de s’attendre à la fin de cette première section et au final nous ferons tout le parcours de l’enduro ensemble pour finir à quelques secondes l’un de l’autre

La partie de récupération avant la deuxième section chronométrée permet d’admirer le paysage des vallons calcaires. Une petite douche au ravito histoire de refroidir un peu le moteur et on arrive tranquillement à l’arche de départ de la deuxième section.

En approche : grosse descente, du roulant et une bonne relance qui pique jusqu’au deuxième ravito situé à la jonction avec le 31 km.

David en pleine effort !

Note pour plus tard: la douche au ravito n’est absolument pas une bonne idée si elle descend trop bas… Parce que pieds qui glisse dans la chaussure égal risques de blessures.

Mais bon comme de toute façon je suis en mode RAF, je descends comme un débile, rate mes virages, fini dans les buissons, coupe le chemin…

C’est vraiment n’importe quoi mais qu’est-ce que c’est fun !!

Après avoir rattrapé David dans la descente, il me met la misère dans la relance qui pique, ce qui aiguille un peu mon orgueil et me pousse à sacrifier un poumon pour essayer de suivre ses grandes jambes.

J’arriverai quelques secondes après lui à l’arche d’arrivée.

La section de récupération suivante démarre par une petite montée puis un chemin vallonné à travers les pins où nous profitons d’un peu d’ombre salvatrice. On approche les 11h et entre chaque effort la température du corps reste à un niveau proche de la bouillotte.

Le 3e chronométrage est une montée sèche de 500 mètres.

Sur chaque section au niveau de l’arche de départ il y a une petite pancarte avec le détail de la section et les temps des trois premiers de l’année dernière. C’est une bonne idée pour se donner un aperçu de ce qui nous attend.

Finalement cette partie courte s’avérera moins raide que prévu. Et c’est avec entrain que nous nous engageons sur la partie de récupération avant la dernière section chronométrée qui nous mènera à l’arche d’arrivée. La vraie. Celle où derrière il y a la bière qui attend patiemment que t’es fini de t’amuser.

Justement cette dernière section est très agréable. Roulante, vallonnée juste ce qu’il faut et avec une arrivée au sommet du Théatre du Pieï.

Je soutiens cette initiative qui consiste à placer l’arrivée des Trails au sommet d’une côte. Parce qu’à force d’entendre « c’est la dernière montée… » alors que ce n’est jamais le cas, au moins là ça règle le problème. C’est simple, c’est efficace et ça confirme ce que j’entends en permanence au boulot : « C’est pas fini… tant que c’est pas fini. »

J’étais venu par curiosité pour le format de l’Enduro et je repars conquis. C’est fun, c’est convivial, une organisation vraiment au top (il faudra juste changer la couleur de la rubalise mais Andy est déjà sur le coup !).

Un format adapté aux débutants comme aux furieux. Pour moi le meilleur moyen de découvrir le Trail et ses plaisirs en toute liberté. Rendez-vous au Val d’Allos pour le deuxième épisode !

PS : Merci beaucoup à David pour ce super moment partagé ensemble.

Plus d’infos: http://www.runlagnes.com/

PARTAGER CET ARTICLE google twitter

X

Prochains événements du Challenge :


La Perce-Roche
Sisteron (04)
Date : 05 mai 2019


Trail de Mimet
Mimet (13)
Date : 12 mai 2019


Trail du Grand Luberon
Cabrières-d'Aigues (84)
Date : 19 mai 2019

Revenir sur le site du Challenge