Jeudi

26 Avril

Mail FB

Guillaume Porche : mais quel est son moteur ?

Catégorie : ITW

Guillaume Porche : mais quel est son moteur ?


Interview réalisé par Sophie Boissont – Crédit photos: Cyril BUSSAT, AKUNA

Vainqueur du challenge des trails longs de Provence, finisher de l’UTMB où il décroche la 18e place au scratch, Guillaume Porche est l’une des révélations de l’année 2016. Si ce coureur talentueux a malheureusement quitté notre région, il montera sur le podium pour la remise des prix le 9 décembre à Pertuis. 

Âgé de 33 ans, marié et père de deux jeunes enfants, Guillaume est ingénieur dans l’industrie nucléaire. Né à Pau, il a souvent déménagé : Nantes,  Fontainebleau, Paris…  puis le Luberon où se fut pour lui l’occasion de participer à des trails et de révéler son potentiel dans cette discipline. Depuis 6 mois, il vit dans le Limousin où il a suivi son épouse, au pied des Monts d’Ambazac.

CTP : Quand as-tu découvert le trail ?
GP : « J’ai attrapé le virus en 2009. Grâce à mon employeur Areva, j’ai participé à mon premier trail : la Saintélyon. J’en garde un superbe souvenir partagé avec mon épouse Victoire : cote à cote jusqu’à la ligne d’arrivée ! C’est d’ailleurs grâce à elle que j’ai repris la course à pied à 25 ans. Plus jeune, elle pratiquait le demi-fond avec talent. De mon côté, si j’appréciais les sports d’endurance, l’asthme puis la cigarette, m’en avaient éloigné. Nous avons ainsi relevé ensemble nos premiers défis : Diagonale des fous, Marathon des sables ou encore Marathon de Paris. Depuis 7 ans, j’arpente différents terrains de jeu dans l’hexagone et outre-mer. »

CTP : Comment t’entraînes-tu ?
GP : « Mes entraînements se sont progressivement étoffés, tant en terme de qualité que de quantité. Ils atteignent aujourd’hui un volume hebdomadaire de 6 à 10h. Je pense que la longévité dans le trail, au niveau amateur du moins, réside dans l’équilibre entre vies personnelle, professionnelle et sportive. La compétition et les entraînements doivent se limiter à la sphère ludique même si, en toute honnêteté, je préférerais rester couché certains matins d’hiver plutôt que chausser les baskets ! Le matin est sans doute mon moment préféré pour courir, cela me lance pour la journée. Une fois par semaine je me rend au travail et j’en reviens en courant, ce qui représente une trentaine de kilomètres dans la journée. Le week-end, régulièrement, je me lève très tôt pour être de retour dès 9-10h et profiter de ma famille. »

CTP : L’année 2016 a été riche en émotions et en succès ?
GP
: « Tout à fait. En janvier, j’enregistrais ma première victoire sur le Trail de la Galinette qui ouvrait le challenge. Ensuite les courses se sont enchaînées jusqu’en mai où contre toute attente, j’ai remporté un ultratrail de 125 km (Les Aventuriers du bout de la Drôme). Cela m’a donné confiance pour mon principal objectif, l’UTMB, que j’ai bouclé en 25h avec le sentiment d’avoir réalisé une superbe course. Auparavant, pour atteindre le quota de 4 manches, j’avais fait un détour par le Champsaur – en plein déménagement entre le Limousin et la Provence ! Pari gagnant : ma première place sur cette course m’a permis de gagner le challenge. »

CTP : Quels sont tes projets désormais ?
GP : « J’espère pouvoir encore pratiquer le trail, en course ou en « off », encore longtemps. Pour moi, c’est une manière de prendre des « risques » dans une société qui semble parfois aseptisée, où le dépassement de soi ne s’inscrit pas toujours dans les valeurs qui nous sont inculquées. Je crois même que le trail, sans parler de thérapie, est porteur de vertus. En tout cas personnellement, cela m’est bénéfique. J’aimerai donc encourager ceux qui hésitent à franchir le pas ; il ne s’agit pas de prendre un dossard, d’escalader des montagnes ou de participer à la Diagonale des fous, mais simplement d’emprunter un sentier, de découvrir les alentours de chez soi, pourquoi pas en famille ou avec des amis. Effet garanti ! »

aku4784-870-gporche-1

PARTAGER CET ARTICLE google twitter

X

Prochain événement du Challenge :

Trail de Mimet
Mimet
13

Date : 13/05/2018

Revenir sur le site du Challenge