Jeudi

05 Décembre

Mail FB

La grande traversée des mélèzes du Mercantour : Un ciel clément pour un parcours exigeant

Catégorie : Comptes-rendus

La grande traversée des mélèzes du Mercantour : Un ciel clément pour un parcours exigeant

Texte: Sophie BOISSONT – Photos: Michel Mane

Pour cette 14° édition, la GTMM offre encore le décor grandiose du Mercantour. Martial Collomb et Audrey Bassac s’imposent sur la longue distance, tandis que Joris Kiredjian et Marianne Leblanc-Martin remportent la version courte.

Ce dimanche 24 juillet, les organisateurs de la Grande traversée des mélèzes du Mercantour ont eu des sueurs froides. La course s’annonçait incertaine entre les orages de la veille et les prévisions alarmistes du jour. Fort heureusement, le ciel s’est éclairci le temps de laisser passer les coureurs et les parcours de repli envisagés n’ont pas été mis en oeuvre.
Le grand parcours avait tout de même été raccourci de 4km et les barrières horaires revues à la baisse, histoire de ne pas prendre de risques inutiles, le retour des averses étant annoncé. En effet, la pluie s’est malheureusement invitée en fin de course, contraignant de valeureux coureurs et bénévoles à essuyer de grosses gouttes. Ainsi seuls 5 abandons sont à déplorer pour 155 arrivants. Le petit parcours de 28km quant à lui demeuré identique, compte 2 abandons sur 280 participants.

IMG_2545

Les deux parcours empruntaient chacun des sentiers ombragés en sous-bois ou en balcon, avant de se rejoindre à la Chapelle Saint-Jean. A partir de là, ils partageaient le même tracé… et avec seulement 1h30 de décalage, « petits » et « grands » coureurs se sont vite mélangés pour atteindre ensemble le point d’orgue de leur course : l’entrée dans le parc national du Mercantour*. Ici plus de balisage, plus de bâtons, plus de hors piste, plus de ravito, juste la dentelle de roche qui s’étend à perte de vue, les petits lacs sauvages bordés de pierres ocres… et quelques bouquetins* à peine étonnés de croiser les étranges créatures que nous sommes. Au col de l’Encombrette, la vue est tout simplement renversante.

Sur le 42km, Audrey Bassac l’emporte chez les dames en 4h58 et prend la 12ème place au scratch ! D’abord placée en 3ème position, elle rattrape Manikala Rai avant le col puis double Minh-Châu Chu Quang à quelques kilomètres de l’arrivée. Chez les hommes, Martial Collomb prend la tête de la course accompagné de Laurent Castel (actuel leader du challenge des trails Courts), qui sera stoppé par une entorse à mi-parcours,  gagne en 4h25 avec 2 minutes d’avance, malgré la belle remontée de Jean-Baptiste Hurteaux. Julien Delorme en termine 3ème.

Sur le 28 km, Joris Kiredjian, en chef de file, s’impose en 2h47 et devance de 3 minutes le parrain de l’épreuve, Guillaume Le Normand. Thierry Guiraud finit à la 3ème place près de 9 minutes après. Chez les filles, Marianne Leblanc-Martin s’impose en 3h52 devançant sa poursuivante Christele Carrillo de 2 minutes. Mylène Griffit termine 3ème.

Encore une organisation sans faille malgré les aléas météorologiques et un parcours splendide, essentiellement composé de single, dont personne ne peut se lasser.

IMG_2614

 

Palmarès GTMM 42km
Femmes
1 BASSAC Audrey – ENDURANCE SHOP LA GARDE : 04:58:36
2 CHU QUANG Minh-Châu : 05:02:39
3  RAI Manikala – NEPAL :  05:14:08
Hommes
1 COLLOMB Martial : 04:25:45
2 HURTEAUX Jean-Baptiste – AC CANNES : 04:27:54
3 DELORME Julien – LA FOULEE FOREZIENNE :

Palmarès GTMM 28km
Femmes
1 LEBLANC-MARTIN Marianne- ATHLETIC VALLEROIS : 03:52:09
2 CARRILLO Christele – AC VALBONNE : 03:54:25
3 GRIFFIT Mylène – CA VEYNES : 03:56:51
Hommes
1 KIREDJIAN Joris : 02:47:22
2 LE NORMAND Guillaume – BVSPORT/JULBO/SCOTT : 02:50:59
3 GUIRAUD Thierry – TEAM LE COMPTOIR DE LA FORME/INTERSPORT : 02:59:01

Découvrez les résultats mis en ligne par le chronométreur des épreuves (Sportips) :

 

* Créé en 1979, le Mercantour fait partie des 10 parcs nationaux français. Sa flore présente la plus forte diversité en France avec 2 000 espèces de plantes, dont 200 rares et 30 endémiques. Sa faune compte 58 espèces de mammifères (dont les 7 ongulés sauvages que l’on trouve en France et le loup) et 153 espèces d’oiseaux.
Le bouquetin porte de longues cornes incurvées vers l’arrière pouvant atteindre 1 m et peser 7 kg pour les mâles. Sa robe brunâtre se confond avec son milieu rocheux. Il est peu farouche et d’une remarquable agilité. Réintroduit dans le parc en 1987, 1995 puis 2005-2006, il bénéficie d’une protection nationale.

PARTAGER CET ARTICLE google twitter

X

Prochains événements du Challenge :


Cérémonie des récompenses
Pertuis (84)
Date : 19 décembre 2019


Serre Chevalier Snow Trail
La Salle Les Alpes (05)
Date : 19 janvier 2020


Trail de la Galinette
Cadolive (13)
Date : 26 janvier 2020

Revenir sur le site du Challenge