Mardi

23 Janvier

0h52

Mail FB

Audrey Bassac : la performance et le sourire en plus !

Catégorie : ITW

Audrey Bassac : la performance et le sourire en plus !

Interview réalisé par Sophie Boissont

Cette année, la première marche du challenge des trails longs accueille une jeune traileuse qui a réalisé un beau parcours en 2016 : victoires à la Sainte-Baume, dans le Champsaur, dans le Mercantour… ou encore deuxième dans le massif de Belledonne et à la Réunion. Née à Grenoble dans un cocon sportif, Audrey a très tôt goûté à des plaisirs divers, du ski à la randonnée en passant par la plongée sous-marine. Si son père l’initie à la course à pied le dimanche en famille, c’est dans le Var qu’elle découvre le trail.

CTP : Audrey, comment as-tu atterri dans le peloton des trailers ?
AB : « A 20 ans, j’ai commencé à courir régulièrement, après 3 ans d’études et quelques kilos accumulés. Adepte du marathon, je regardais bizarrement ces gens qui arpentaient les collines et s’infligeaient du dénivelé en plus des kilomètres ! Quels fous ! Mais arrivée à Toulon, mes collègues de boulot m’ont incitée à tenter le trail et j’ai progressivement délaissé la route pour profiter des superbes sentiers et paysages. Je me suis aperçue que je me débrouillais et prenais beaucoup plus de plaisir que sur la route. Qui l’eut cru ?! Certains de mes amis traileurs de l’époque doivent bien rigoler. »

CTP : Quel est ton quotidien et comment t’entraînes-tu ?
AB : « J’habite à Toulon depuis 4 ans, je suis directrice d’un service achats logistique dans l’industrie. Vu mes horaires à rallonge, je m’entraîne à la pause déjeuner, le matin à 5h ou le soir à la frontale. Et mes week-ends sont bien remplis suivant les saisons puisque je pratique toujours le ski, la plongée, le kite ou encore le parachutisme… bref, j’organise mes journées en fonction du temps, du vent, de la température de l’eau et de la neige !
Je cours pour le plaisir. Je m’entraîne à l’envie et aux sensations, sans programme. Samuel Bonaudo (Endurance shop Toulon) et mes collègues m’ont donné de bons conseils et idées que je mélange à ma sauce, au gré de mes disponibilités. Julien Navarro m’a emmenée sur de merveilleux sites en montagne. C’est ce qui m’a fait progresser, en plus du vélo de route. L’avantage de courir ou rouler avec plus fort que toi c’est que tu n’as pas d’autre choix que sortir de ta zone de confort et t’accrocher si tu ne veux pas te retrouver seule et rentrer dans la nuit ! »

CTP : A quoi penses-tu quand tu cours ?
AB : « Courir est un exutoire des heures passées derrière un bureau. Je fais un point sur moi-même, ce que je ferai demain… parfois les kilomètres défilent sans que je ne les voie. L’avantage du trail c’est que le rythme permet de faire des rencontres et de partager de bons moments. Sur l’Échappée belle, j’étais avec deux coureurs quand je me suis étalée dans la neige… et dans la boue quelques heures plus tard ! Ils m’ont recontactée quand ils ont lu mon compte-rendu de course sur Facebook… et m’ont félicitée pour mes chutes. La même chose m’est arrivée sur le Bourbon avec deux coureurs qui comptaient mes chutes dans la descente boueuse de Bélouve ! Bref, de quoi bien rigoler. »

CTP : Comment vois-tu la place des filles dans ce sport ?
AB : « C’est amusant de recevoir des messages de garçons qui s’étonnent de s’être fait doubler par une fille. Avec des championnes comme Émilie Lecomte, Caroline Chaverot ou encore Amandine Ferrato, les filles ont définitivement leur mot à dire dans cette discipline, surtout en ultra. Elles ont un mental plus fort que les garçons (désolée pour l’affront). Et la course à pied est l’un des seuls sports ou la compétition est mixte, alors autant en profiter ! Les garçons n’ont qu’à bien se tenir ! »

Audrey, le challenge compte désormais sur toi 🙂

audrey-bassac-2

PARTAGER CET ARTICLE google twitter

X

Prochain événement du Challenge :

Trail de la Galinette
Cadolive
(13)

Date : 28/01/2018

Revenir sur le site du Challenge